PEETA EAD EMMÈNE LE STREET ART DANS LA TROISIÈME DIMENSION

Dernier mur à être transfiguré sous les coups de pinceaux d’un artiste de renommée internationale, le numéro 47 de la rue des Deux Ponts va devenir un bel emblème de cette quatrième édition. Un original trompe l’œil en 3D signé Peeta Ead sera bientôt à découvrir, symbole d’un parcours toujours plus riche et surprenant.

Le regard franc et enthousiaste, Stéphane Bulteau observe le discret artiste italien à l’œuvre. Manuel Di Rita, plus connu sous le nom de Peeta, trace, par petites touches, les repères et prémices de sa création. Une œuvre que le responsable de l’Académie Culinaire du même nom est déjà impatient de découvrir. Elle ornera et embellira « son » mur situé rue des Deux Ponts, cette artère discrète mais très fréquentée qui relie la rue Nationale à la place Henneguelle.

Une artère discrète pour une œuvre qui va surprendre. Célèbre dans le monde entier pour style anamorphique unique, Peeta Ead aime s’inspirer du contexte, du lieu et de la forme du mur sur lequel il travaille. « Chaque œuvre est spécifique » explique l’artiste. « La forme du mur est bien sûr un élément clé mais aussi le contexte, l’orientation du soleil et le temps dont je dispose pour créer. »

De ce point de vu, le génial italien dispose d’une semaine et d’une météo qui s’annonce clémente pour réaliser « son » mur. Arrivé lundi après-midi, il repartira dimanche. Vous avez donc encore quelques jours pour l’observer au travail. « Ce mur n’est pas le plus grand sur lequel j’ai déjà travaillé » reprend Peeta. « Je pensais davantage jouer avec le bleu du ciel mais j’ai dû changer de plan car le soleil n’éclaire jamais directement le mur. »

Si l’artiste souhaite rester discret sur son œuvre finale, il livre quelques indices. « Je vais continuer à jouer avec les anneaux, forme qui m’inspire particulièrement en ce moment. Je vais réaliser quelque chose d’assez simple. Pas besoin d’aller chercher un grand degré de complexité pour réaliser une œuvre marquante. »

Noir, blanc et un bleu « assez profond » devraient constituer le cocktail de couleurs de cette œuvre placée sur le mur de l’académie culinaire de Stéphane Bulteau. A la plus grande joie du chef boulonnais. « La Ville multiplie les initiatives pour rendre l’art accessible au plus grand nombre, c’est une très bonne chose. Pour moi, tout est lié. Je conçois chaque assiette comme de l’art éphémère » explique celui qui a créé de ses propres mains l’ensemble des sculptures qui ornent ses différentes salles de restauration et d’apprentissage. « L’art de la table, la cuisine, la sculpture, la peinture, tout ceci est indissociable. Il y a une alchimie à créer ». (Retrouvez l’article consacrée au 20 ans de l’académie culinaire de Stéphane Bulteau ici : https://bit.ly/2JbI3NG)

Impatient de découvrir l’œuvre terminée, le chef est conscient qu’« une fresque d’un tel artiste est une chance. Je pense surtout à mes élèves qui auront le bonheur de la contempler tous les jours. Cela doit les inspirer. Concevoir une assiette est un art graphique. Comme pour le street art, le but est de capter l’œil ne serait-ce qu’une fraction de seconde et de créer ce « Wouaw ! » Un vrai instant de plaisir. ».

Un plaisir gustatif et visuel qui atteint son summum rue des Deux Ponts.

Suivez-nous

Adresse

7 Place Godefroy de Bouillon 62200 Boulogne-sur-Mer