Borondo
Édition : 2020
Artiste espagnol, rue Jules Baudelocque

Si Gonzalo Borondo a d’abord suivi une formation classique, l’artiste s’est rapidement démarqué en cassant les codes du street art. Alliant avec bonheur graffiti et peinture classique, ses créations font penser à des dessins au fusain. Il délaisse aussi parfois les bombes et aérosols pour le « glass scratching » (grattage du verre, ndlr) qui renouvelle totalement le genre. Poète de rue, Borondo est à la recherche du sacré et de la nature subtile de la psyché humaine. Il aime sonder l’âme et représenter des personnages et des scènes de vie qui dialoguent avec le lieu. Le contexte crée l’œuvre qui change avec l’espace. Une œuvre parfois discrète mais toujours profonde. Borondo a réalisé des peintures et des installations d’art public partout dans le monde. Il a notamment obtenu le prix Arte Laguna dans la section « Land Art et Urban Art » en 2018 grâce à l’œuvre « Cenere » (Selci Italie, 2017).

Une rue, une histoire

Rue Jules BAUDELOCQUE

Le charme et le pittoresque de Boulogne-sur-Mer s’expliquent, aussi, par ses nombreuses rues en pente raide ou par celles qui sont formées de volées d’escaliers. Elles sont plus d’une douzaine à être ainsi constituées. Sur la falaise, elles suggèrent tantôt le sud de l’Italie, tantôt Montmartre. C’est le cas de la Rue Jules Baudelocque qui, avec ses quatre-vingt-deux marches, ses cinq paliers et sa longue et vieille rampe, fait immédiatement penser à la célèbre « butte » chère aux poètes. Initialement dénommée Rue de la Victoire, puis Rue de l’Entente Cordiale, elle rappelle le souvenir de l’ancien maire de Boulogne-sur-Mer, né à Montdidier (Somme) en 1822 et mort à Pont-de-Briques en 1898. Bâtonnier de l’ordre des avocats, capitaine de la garde nationale durant la guerre franco-prussienne, président de la commission départementale, conseiller général et conseiller municipal de 1860 jusqu’à sa mort, maire de 1884 à 1892, Jules Baudelocque s’est surtout attaché, durant ses deux mandats, à redresser les finances locales. A partir du rond-point Albert 1er, la circulation automobile est particulière dans cette artère qui mène à d’autres voies également dédiées aux premiers magistrats Jean-Pierre Vasseur, Bertulphe Gosselin et Eugène Livois. Après l’incident imputable à un chauffeur, qui s’était bien imprudemment engagé dans l’endroit, les services municipaux ont fait poser d’utiles poteaux protecteurs.

Localisation 

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.

Découvrez également

Vesod

Vesod

Artiste italien, 44 rue du Chemin Vert

Pin It on Pinterest