Sébastien robert transforme le mobilier urbain en galerie de portraits
Catégorie(s) : Actualité
Les artistes boulonnais ont investi l’espace urbain pour la suite du 6ème festival Street Art. Alors que Bruno Ghys a mis la dernière touche à un magnifique cheval boulonnais rue du Chemin Vert, Sébastien Robert a donné une nouvelle vie aux coffrets électriques. Ceux-ci se sont ainsi transformé en portraits tous plus expressifs les uns que les autres.
Publié/Modifié le : 24/08/2021

Pour Sébastien Robert, c’est un peu une renaissance. « J’avais lâché la peinture pendant trois ou quatre ans à cause du boulot avant d’avoir un déclic » explique l’artiste boulonnais tout heureux de pouvoir s’exprimer sous le regard de tous, rues du Sautoir, de l’Ancien Rivage et François Soules. « Je suis d’autant plus heureux de participer au festival. » Comme souvent, tout est question de dynamique. Attiré par l’exposition éphémère à découvrir sur les panneaux électoraux, Sébastien Robert envoie une série de portraits qu’il a déjà réalisé. De fil en aiguille, le projet évolue pour aboutir aujourd’hui à la métamorphose de sept coffrets électriques.

« Après un mois d’adaptation pour retrouver les bases de la peinture, je m’y suis complétement remis. Le plaisir est là et avec les portraits, j’ai vraiment trouvé ma voie. » Ce qui lui plait dans cet exercice ? « Retranscrire l’émotion. Le visage, les yeux, la bouche transmettent des expressions et interpellent forcément celui qui regarde. Je pars généralement d’une série de photos puis je la réduis à deux ou trois. Je les retravaille pour les personnaliser et j’en tire une image unique que je reproduis sur toile ou ici sur les coffrets électriques. » Au-delà des expressions, « les couleurs et contrastes sont aussi très importants. »

Et font mouche, nombreux étant les passants à s’arrêter pour discuter avec l’artiste. « J’avais déjà travaillé un peu dans la rue. C’est vraiment sympa de discuter en direct de ma démarche artistique, d’expliquer mon travail et de voir les réactions. »

Pour Sébastien Robert, une nouvelle dynamique est lancée. « Depuis le festival, je reçois quelques nouvelles demandes. C’est un nouvel élan pour moi. C’est vraiment du bonheur. »

N’hésitez pas à découvrir cette nouvelle galerie de portraits qui embellit le cœur de ville.

À lire aussi :

Partez à la recherche des galets de Marika !

Partez à la recherche des galets de Marika !

Après le succès rencontré l’an passé, l’artiste boulonnaise Marika propose une nouvelle chasse aux galets aux quatre coins de la ville à l’occasion des « ça me dit urbain ». Un jeu de piste culturel autour d’énigmes sur le patrimoine de la ville et l’histoire du festival.

lire plus
« Ça me dit urbain » #6

« Ça me dit urbain » #6

Découverte du Street Art en bus, spectacle de danse hip-hop, recherche des galets de Marika et visite guidée, découvrez le programme de la sixième et dernière édition des « Ça me dit urbain » samedi 28 août !

lire plus
Slimsafont ou la solidarité en héritage

Slimsafont ou la solidarité en héritage

Et de trois pour la rue Maryse Bastié. Après le portrait en noir et blanc d’ECB et l’appel au respect de l’environnement signé Leon Keer, c’est une œuvre empreinte de philosophie qui a vu le jour sous les coups de pinceaux de SlimSafont. Les liens parents – enfants paraissent inverser pour donner un sens encore plus profond aux valeurs de famille et de solidarité.

lire plus

Pin It on Pinterest