Le service archéologie, en collaboration avec l’association Rivages Propres, mène depuis quelques jours de nouvelles fouilles sur la promenade des remparts. L’objectif ? En savoir plus sur la courtine originelle datant du XIIIème siècle.

C’est du côté de la porte des Degrés qu’il faut se diriger pour découvrir l’équipe au travail depuis quelques jours. A quelques mètres du chemin de ronde datant du XIIIème siècle mis au jour, ils sont une dizaine à s’affairer avec précaution. « C’est la suite logique des opérations de recherche menées depuis plusieurs années » explique Angélique Demon, cheffe du service archéologie qui supervise les fouilles. « Nous avions déjà mis au jour une partie des fortifications et du chemin de ronde médiévaux, maintenant nous essayons de comprendre comment ils se connectaient avec la porte des Degrés. »

Des recherches qui devraient livrer des informations précieuses sur l’histoire de la ville. « Pour l’instant, nous n’avons trouvé que des vestiges plus modernes qui datent des fortifications reconstruites suite au siège des Anglais au 16ème siècle » continue Angélique Demon. « La structure est en briques alors que le rempart médiéval est composé de pierre de Baincthun. » Quelques pièces de céramiques ont également été mises au jour. Autant de découvertes et de questions qui permettront de progresser dans la connaissance de l’histoire de la ville.

Soutenue par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), cette opération délicate est menée en partenariat avec l’association Rivages Propres. Les équipes qui travaillent habituellement à la restauration des remparts et de la courtine sont affectées à ces fouilles qui se poursuivront jusqu’à la fin du mois de novembre.

Le kiosque

Les sites de la ville