La métamorphose de l’Eperon, site de 7 hectares, va permettre de créer une grande salle de spectacle – palais des congrès mais aussi un espace réservé aux musiques actuelles ainsi qu’une surface polyvalente, tiers-lieu qui pourra accueillir expositions, espace de rencontres, co-working…

« Tout d’abord, je veux insister : nous ne rasons pas la gare maritime » explique d’emblée Frédéric Cuvillier, Maire de Boulogne-sur-Mer et Président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais. « La gare maritime fait partie de notre patrimoine. Comme dans tant d’autres villes portuaires, elle évolue, se transforme et trouve toute sa place dans le projet de création d’un équipement culturel majeur pour l’agglomération, pour l’économie et le tourisme. Il y a certains ajouts réalisés par le passé qui n’ont plus d’intérêt aujourd’hui. Nous allons donc alléger le lieu et garder le cœur de la gare maritime. »

La métamorphose de l’Eperon, site de 7 hectares, va permettre de créer une grande salle de spectacle – palais des congrès (3000 places) mais aussi un espace réservé aux musiques actuelles (450 places) ainsi qu’une surface polyvalente, tiers-lieu qui pourra accueillir expositions, espace de rencontres, co-working… La grande esplanade située à l’arrière de la future salle pourra accueillir des concerts en plein air (6000 à 8000 places).

L’embarcadère, une invitation au voyage

« Ce chantier de 17 millions d’euros doit hisser notre agglomération au niveau qui doit être le sien et enfin offrir aux Boulonnais un palais des Congrès, élément indispensable pour un territoire à fort potentiel touristique comme le nôtre » poursuit le Maire. « Ce complexe aura pour nom l’Embarcadère, comme une invitation au voyage ».

La grande salle de spectacle – palais des congrès proposera 3000 places et sera amovible selon plusieurs configurations (spectacle, concert, congrès…). Elle sera complétée par une SMAC (Scène de Musique Actuelle) de 450 places (ou 300 places assises). L’objectif n’est pas de concevoir « une salle où on va une fois par semaine » mais de créer un vrai lieu de vie et d’échanges. Dans cet objectif un tiers-lieu (espace de rencontre et de co-working) retrouvera sa place à l’endroit où se trouvait l’Atelier.

A l’arrière de la salle, une grande esplanade offrira la possibilité d’organiser des concerts en plein air pour une jauge de 6000 à 8000 personnes. Dans ce but, une face de la salle a été conçue comme un fond de scène noir. La couverture extérieure, en aluminium, permettra de mettre en valeur les reflets de l’eau et de faire évoluer les couleurs du site, exceptionnel de par son emplacement, en fonction de la luminosité du jour.

« Cet équipement doit être visible depuis toutes les parties de la ville » continue Frédéric Cuvillier. « Il doit attirer le regard. »

Les travaux ont débuté par la déconstruction d’une partie des parkings. Les appels d’offres ont été lancés. Le chantier devrait durer 18 mois pour une ouverture dans le courant de l’année 2020.

Le kiosque

Les sites de la ville