Si les salles de spectacles ne peuvent accueillir de public, rien n’empêche les artistes de créer, tester et travailler. C’est le cas de la compagnie « Hors de l’eau » qui profite d’une résidence de cinq jours au Carré Sam pour avancer vers la version finale de « Kittiwake », un clown pas comme les autres à découvrir lors de la prochaine saison culturelle.

Le clown et la richesse de son univers qui peut aller de l’humour à la peur en passant par la transgression, voilà le point central de la rencontre entre Olivia Lebon, créatrice du personnage de Kittiwake et Alexandre Fernandez, metteur en scène. « Quand on s’est rencontré il y a deux ans, Olivia avait déjà créé le personnage » explique Alexandre Fernandez. « Personnellement, le clown m’a toujours fasciné. Il fait rire, peut faire peur mais aussi être subversif. J’avais très envie de travailler ce personnage. J’ai donc proposé une autre dramaturgie et mise en scène à Olivia ». La comédienne a tout de suite adhéré et les deux artistes se sont lancés dans l’élaboration d’un spectacle. « Ce que j’aime, c’est mélanger les univers » enchaîne Olivia Lebon. « On a fusionné nos idées et aujourd’hui je m’y retrouve complètement. Car cela va au-delà de l’interprétation. Le clown, l’acteur doit l’incarner et non l’interpréter. Ce spectacle est le début d’une histoire. On peut déjà imaginer une suite et d’autres aventures à Kittiwake. »

Le spectacle que le public boulonnais pourra découvrir lors de la prochaine saison culturelle tourne autour de l’idée du « passage ». « La représentation démarre par la traversée d’un écran qui fait basculer le personnage des coulisses à la scène » poursuit la comédienne. « C’est une métamorphose qui permet au clown de s’émanciper, de se libérer d’une charge et d’aller vers plus de liberté. Kittiwake signifie oiseau marin. Je suis originaire du Boulonnais et cette image de la mouette qui s’envole m’accompagne depuis longtemps ».

 

Dans le contexte incertain lié à la crise sanitaire, le spectacle s’adapte et se décline : un format « rue » de 25 minutes, une seconde formule où seul une prise électrique sera nécessaire pour la mise en scène et un spectacle en salle. C’est surtout cette dernière version que le duo travaille toute cette semaine au Carré Sam. « On veut adresser un grand merci à toute l’équipe. On a été très bien accueilli » reprend le metteur en scène. « Dans le contexte actuel, ça fait un bien fou. Le cadre du Carré Sam est idéal pour travailler. Les techniciens sont hyper réactifs à nos demandes et apportent leur savoir-faire qui nous permet de tester beaucoup de choses et d’enrichir le spectacle. »

 

Rendez-vous est pris lors de la saison culturelle 2021-2022 pour découvrir Kittiwake sur scène.

Le kiosque

Les sites de la ville