Labellisée 4 fleurs depuis l’an 2000, « Prix spécial du jury » pour le jardin éphémère, Boulogne-sur-Mer possède une variété unique de parcs et jardins. Cachés ou exposés, ils réservent surprises, couleurs et senteurs pour embellir la ville. Poussons les portes du service Parcs et Jardins pour découvrir le long processus nécessaire au fleurissement estival.

« La cohérence du projet municipal avec sa réalisation, sa gestion et sa prise en compte du paysage est parfaite. Le fleurissement est d’excellente qualité. Annuelles et vivaces se complètent partout harmonieusement. Aujourd’hui le jardin éphémère, qui gagne chaque année en créativité, est devenu l’épine dorsale du service des espaces verts et plus largement de la ville qui affiche ainsi une valorisation forte de la nature en ville. » Ces mots sont signés Paul Roncière, président du label Villes et Villages Fleuris. Ils reflètent l’excellence du service Parcs et Jardins qui chaque année renouvelle avec bonheur le fleurissement des 70 hectares d’espaces verts de la ville.

Un long processus

Si aujourd’hui, Boulonnais et touristes admirent avec plaisir les tapis de fleurs disséminés aux quatre coins de Boulogne-sur-Mer, le fleurissement estival débute… en décembre de l’année précédente. Premier rendez-vous important, le choix des graines et des plantes qui pousseront dans la douce chaleur des serres municipales. Une journée et demi est nécessaire pour passer cette commande annuelle. Ce préalable indispensable accompli, les semis sont ensuite réalisés entre fin janvier et mi-mars. Effectués en décalé, ils permettent de profiter d’une floraison continue.

Autour du 15 Mars, l’équipe de production entre en action. Chaque jour, trois personnes travaillent au semi, rempotage et repiquage des plantes. Des équipes extérieures viennent prêter main forte pendant cette période cruciale pour réaliser des plateaux de semis (50-100-150 en fonction de la taille future du végétal). Ceux-ci se présentent sous forme de bouchons. Une opération qui se prolonge jusqu’au 10 Mai, après les Saints de Glace, date de démarrage de la plantation.

90 variétés différentes composent les massifs de la ville chaque année. La production « maison » représente 180 000 à 200 000 plantes, vivaces et graminées. Les plantes peuvent être annuelles ou biannuelles. Si les vivaces sont éternelles, pensées et myosotis vivent le temps d’une floraison tandis qu’hortensias et rosiers peuvent fleurir pendant 150 ans.

La plantation, un travail d’orfèvre

La plantation démarre autour du 10 mai. Elle est réalisée par 8 planteurs. C’est une opération très précise. Le cheminement est le suivant : le responsable de production prépare les plantes. Ensuite, place au chauffeur qui fait le lien entre les serres municipales et l’emplacement des massifs avant que les planteurs n’entrent en action. Comme dans la haute couture, il y a les petites mains et le planteur en chef qui connaît le volume futur et l’évolution de la plante. Il agit comme un chef d’orchestre et indique l’endroit précis où la fleur prendra racine pour créer un massif cohérent conçu au préalable pour Louis Djalai, chef du service des Espaces Verts.

La troisième vague est celle des arroseurs qui agissent en complément des dispositifs automatiques. Cette étape est cruciale dans la croissance du végétal. La plante qui a jusqu’ici vécu en serres subit un choc thermique entre l’atmosphère des serres et son implantation à l’air libre. L’arrosage permet de fixer la plante dans la terre, de lui faire prendre racine. L’arroseur passe plusieurs fois dans la semaine en fonction des besoins des végétaux. Enfin, 10 à 15 jours après la plantation, le service parc et jardin retire les mauvaises herbes inévitables lors de la pousse des fleurs.

Les massifs fleuris estivaux vivront jusqu’en octobre. Un fort ensoleillement ne leur permettra pas de vivre plus longtemps. Au contraire, plus la fleur reçoit de soleil, plus elle va atteindre rapidement sa maturité et donc vieillir et mourir. Un cycle immuable qui rythme la vie du service Parcs et Jardins depuis toujours.

 

Le kiosque

Les sites de la ville