« Mais moi je n’ai rien fait, j’ai juste appuyé, c’est tout. » L’artiste Frédéric Briois délivre un message rempli d’humilité sur l’art de la photographie et la dureté du travail en mer lors de son exposition « Du sel dans les veines » à la Bibliothèque des Annonciades de Boulogne-sur-Mer, du 26 Juin au 19 Septembre. Mélanges de noir et blanc et de couleurs pour échapper à la monochromie, variations de la disposition pour casser le rythme des murs identiques, alternances de scènes de vie et jeux de lumières sont les spécialités de ce brillant photographe qui valorise avec passion les pêcheurs du Boulonnais.

C’est en rentrant dans l’intimité des pêcheurs que Frédéric Briois nous fait découvrir une partie de son univers. Un sentiment inexplicable de l’ordre de l’innée, une « simple » conviction personnelle l’amène à transformer un cliché en photographie d’art. La photo se fait sur l’instant, voire sur l’instinct, il n’y passe pas des heures, il ne l’orchestre pas, il est juste présent au bon moment. Voilà la technique qu’utilise ce photographe pour retranscrire la difficulté du milieu marin, à travers une scénographie immersive où le visiteur peut s’imaginer marcher sur les ponts des 47 navires qu’il a arpentés à travers les mers.

Il aime la mer, mais ne l’imagine pas « sans eux ». Dans cette exposition où la photographie en tant qu’art est remis à sa juste valeur, son intention est d’abord de faire vivre ce que lui-même a exploré ; la rigueur et la force de travail des gens de mer, ainsi que des facettes moins connues, imprégnées de sensibilité et d’émotions abruptes. Cet artiste a capturé des moments de vies forts, tirés sur un papier spécialement choisi par rapport à son rendu, encadrés de manière flatteuse et disposés de telle façon à rendre hommage à ces hommes qui perpétuent la tradition de la pêche sur nos côtes.

Pour Julien Championnet, adjoint au maire chargé de la culture à la ville de Boulogne-sur-Mer, cette exposition contribue avant tout à la revalorisation de la photographie en tant qu’art à part entière au sein d’une société « où la photographie a perdu de son sens à cause de la saturation dans notre environnement quotidien. Tout le monde sait prendre une photo, mais seulement quelques professionnels savent transmettre un message à travers elle ». 

Le kiosque

Les sites de la ville